Chantier

Chantier

Ailes des communs

Béatrice Hatala,
aile des Communs, vue du Pavillon des anciennes Ecuries depuis le futur Accueil
26 novembre 2012
© Musée Picasso Paris, 2012.

Après 25 années de fonctionnement, le Musée Picasso a dû entreprendre tant la rénovation de ses installations matérielles et techniques que la redéfinition de son inscription dans le site de l’Hôtel Salé. Dans un premier temps, il a été décidé par le ministère de la Culture et de la Communication de conduire entre 2006 et 2009 un chantier de restauration des façades, des décors extérieurs et murs d’enceinte. Cette opération a permis de sauver les importants éléments sculptés des corniches et frontons de l’hôtel. Le programme de restauration, rénovation et extension lancé en 2009 est beaucoup plus important que le précédant tant par ses objectifs que par son coût. Il permet une mise aux normes du bâtiment aux nouvelles règlementations en vigueur garantissant la sécurité et la sûreté des collections et du public et de restructurer le musée en profondeur.

Ailes des communs

Béatrice Hatala,
aile des Communs, vue de l’intérieur du Pavillon des anciennes écuries
28 novembre 2012.
© Musée Picasso Paris, 2012.

Chapelle

Béatrice Hatala,
Hôtel Salé, façade est et chapelle vues depuis l’aile des Communs
28 novembre 2012.
© Musée Picasso Paris, 2012.

© Musée Picasso Paris / Béatrice Hatala Caves historiques de l’Hôtel Salé, vue de l’axe est-ouest 26 novembre 2012

Béatrice Hatala,
Caves historiques de l’Hôtel Salé, vue de l’axe est-ouest
26 novembre 2012
© Musée Picasso Paris, 2012

 

Cette opération se conduit selon plusieurs axes. Les opérations de restauration intérieure sont importantes et redonnent son lustre à l’Hôtel Salé. Elles concernent tout d’abord le bâtiment XVIIe siècle : restauration des décors du hall et du grand Escalier, remodelage et repavage de la Cour d’honneur, rénovation des huisseries et fenêtres, restauration de la terrasse des Communs, révision des toitures, amélioration du climat du grand escalier. Les aménagements réalisés par Roland Simounet sont également restaurés. Les services administratifs sont délocalisés sur un site voisin, ce qui permet de dégager de nouveaux espaces de présentation de la collection. Au terme du chantier actuel, la surface d’exposition dédiée à la présentation des collections permanentes et aux activités annexes dédiées au public sera étendue à la totalité du bâtiment, soit 5700 m².

 

Cette restructuration permet de penser un nouveau parcours de visite,
et, plus largement, une autre vie du visiteur au sein du musée. Les circulations générales sont revues. Ainsi, l’accueil se fait désormais à partir des Communs, ménageant un confort d’entrée dans le musée grâce aux différents services offerts et lieux dédiés en rez-de-chaussée et en sous-sol. Cette partie du bâtiment fait l’objet d’une intervention architecturale majeure conduite par l’Agence Bodin et Associés. Le projet prévoit la restitution des volumes du bâtiment XVIIe siècle, notamment la géométrie et la configuration visuelle de la basse-cour. Le pavillon des anciennes écuries comme la terrasse dominant la Cour d’honneur seront désormais intégrés au parcours de visite. Ces espaces rénovés et agrandis par creusement sous la basse-cour seront exclusivement dédiés à l’accueil du public qui y trouvera un service d’accueil et médiation, la billetterie, un salon, une zone documentaire, une cafétéria hiver et été, une librairie-boutique, des vestiaires et sanitaires.

 

La réhabilitation de l’aile technique située le long des jardins permet de créer un auditorium modulable servant de salle multimédia, et où se tiendront les activités de médiation. Cette rénovation permet aussi d’y installer les zones nécessaires à la gestion des collections (réserve de transit, atelier muséographique, locaux logistiques) et aux personnels du musée (salle de repos et cuisine, commodités et vestiaires). Le jardin est rénové et recréé, ainsi que la terrasse végétalisée.

 

Dans le bâtiment principal, le parcours de visite est modifié. On retrouve les enfilades horizontales de pièces XVIIe siècle en façade, sur le jardin et la cour d’honneur. L’exposition se fait sur cinq niveaux (sous-sol, rez-de-chaussée et trois étages). Les circulations verticales sont assurées par les différents escaliers restaurés (grand Escalier central, escaliers construits par Roland Simounet), la rampe de Roland Simounet et la rénovation de deux ascenseurs dans les pavillons nord et sud.
Cette circulation permet de relier les nouveaux espaces libérés par la délocalisation des services administratifs ou des installations techniques aux grandes salles patrimoniales de présentation des collections dans des espaces rénovés.

 

Le bâtiment de l’Hôtel Salé étant partiellement classé au titre des Monuments Historiques, les travaux à effectuer sur les parties classées (façades, menuiseries extérieures, cour et escalier d’honneur, salle des boiseries), sont confiés à la maîtrise d’œuvre de M. Stéphane Thouin, Architecte en chef des Monuments Historiques. Les travaux de réaménagements intérieurs de l’hôtel et des Communs, de l’aile technique et du jardin s’effectuent sous la maîtrise d’œuvre de Jean-François Bodin & Associés, société d’architectes, désigné au terme d’une consultation sur références, compétences et moyens conduite par le ministère de la Culture et de la Communication entre décembre 2008 et avril 2009.

 

La réalisation des travaux tous corps d’état a été confiée, par la voie d’un marché global notifié en juillet 2011 et d’un marché complémentaire au marché principal notifié en février 2013, à l’entreprise générale Pradeau et Morin.