Image
SalonJupiter_FlutePan
Image
SalonJupiter_FlutePan

Je soutiens les expositions

Savez -vous comment se monte une exposition ? Choisir les œuvres, les préparer, les restaurer, les emprunter, les faire voyager, les assurer, voilà une infime partie de ce qu’il faut faire pour une exposition. Mais ce n’est pas tout ; il faut aussi solliciter les services d’un scénographe, faire fabriquer les supports des œuvres, les socles des sculptures, les vitrines, repeindre les murs des salles d’exposition, sécuriser les œuvres, fabriquer les cartels, traduire les textes de salle, faire surveiller les salles jour et nuit, écrire le catalogue, l’imprimer…Une exposition c’est une idée, un propos, une mise en scène, que le musée se réjouit de préparer pour vous !

Image
La collection

« La collection. Œuvres choisies »

Préfigurant l’accrochage permanent de la collection, qui occupera, à partir de mars 2024, trois étages de l’Hôtel Salé, l’exposition « La collection. Œuvres choisies » s’inscrit au cœur du projet de la nouvelle gouvernance du musée. A compter du 29 août, elle donnera à voir une sélection de chefs d’œuvres réunissant peintures, sculptures, dessins et céramiques parmi les plus emblématiques de la collection.

Il y a cinquante ans, le 8 avril 1973 disparaissait Pablo Picasso, à l’âge de 91 ans, laissant derrière lui plusieurs milliers d’œuvres.

À la suite de l’immense travail d’inventaire qui suivit son décès et prit plusieurs années, plus de 3700 œuvres issues directement des ateliers de l’artiste entrent dans les collections nationales, constituant le cœur du Musée national Picasso-Paris.

Depuis son inauguration en 1985, la collection n’a cessé de s’enrichir pour permettre au public de voir et de comprendre l’œuvre d’un des artistes majeurs du XXe siècle. A travers plus de soixante-dix œuvres emblématiques du Musée national Picasso-Paris, réunissant peintures, sculptures, dessins et céramiques, ce parcours dans les collections donne à voir la diversité des techniques et des styles expérimentés par Pablo Picasso tout au long d’une vie prolifique et perpétuellement inventive. Des prémices du cubisme aux années 1960, l’exposition met en lumière une suite de moments décisifs et de thèmes transversaux dans son œuvre.

Image
Dans l'appartement de Leonce Rosenberg

« Dans l’appartement de Léonce Rosenberg. De Chirico, Ernst, Léger, Picabia… »

« Dans l’appartement de Léonce Rosenberg. De Chirico, Ernst, Léger, Picabia… » offrira une plongée inédite au cœur du lieu de vie conçu, entre 1928 et 1929, par le marchand et mécène Léonce Rosenberg, au 75 rue Longchamp à Paris. Associant tableaux d’artistes majeurs de l’Entre-deux-guerres à une sélection de meubles anciens et modernes, son aménagement témoignait d’une conception libre et moderne des arts décoratifs.

À nouveau réunis pour la première fois dans cette exposition au Musée Picasso-Paris, à partir du 30 janvier 2024, une partie des tableaux et sculptures conçus pour ce lieu hors du commun retrouvent leur cohérence d’ensemble.

Promoteur du cubisme et de la peinture abstraite via sa galerie L’Effort moderne, ouverte en 1918, Léonce Rosenberg collectionne et expose durant l’Entre-deux-guerres la fine fleur de l’avant-garde artistique, associant son nom à ceux de Pablo Picasso, Georges Braque, Fernand Léger, Juan Gris, Auguste Herbin, Henri Laurens, Jean Metzinger, Francis Picabia… En 1929, l’appartement - qu’il aménage en quinze mois dans le XVIe arrondissement de Paris - regroupe une douzaine d’artistes, dont les œuvres s’inscrivent dans le contexte ambivalent de la fin des années 1920, entre survivance du cubisme, retour à une pratique inspirée de la tradition et émergence du surréalisme.

Le parcours de l’exposition retrace, en 6 sections, l’histoire des onze pièces de l’appartement, aménagés par Léonce Rosenberg pour y loger sa femme et ses trois filles, Jacqueline, Lucienne, et Madeleine. Le collectionneur retient le principe d’attribuer une pièce par artiste en associant aux toiles peintes, un choix de mobilier ancien et contemporain.