Image
Les influences de Picasso
Image
Les influences de Picasso

Les influences de Picasso

Image
Picasso - Nu couché et homme jouant de la guitare - MP224 -17-617262
Légende
Pablo Picasso, « Nu couché et homme jouant de la guitare », 27 Octobre 1970, Huile sur toile, 130 x 195 cm, MP224, Musée national Picasso-Paris

C’est nous les peintres, les vrais héritiers, ceux qui continuent à peindre. Nous sommes les héritiers de Rembrandt, Vélasquez, Cézanne, Matisse. Un peintre a toujours un père et une mère, il ne sort pas du néant…

Pablo Picasso

Référence artistique, Pablo Picasso ne cesse d’alimenter et d’influencer nombre d’artistes contemporains à travers la diversité de ses œuvres. Mais connaît-on vraiment les inspirations du maître ? Quels sont les artistes et les styles artistiques qui l’ont influencé ?

Les grands maitres espagnols

La formation académique de Pablo Picasso a d’abord débuté en tant qu’étudiant, avide d’apprendre de ses prédécesseurs espagnols.

Le jeune Pablo, fils d’un professeur de dessin, fait son entrée aux Beaux-Arts de Barcelone, en 1895,  à l’âge de quatorze ans seulement. C’est à ce moment-là qu’il fait la rencontre de Carles Casagemas, qui deviendra l’un de ses plus proches amis, jusqu’au suicide tragique de ce dernier en 1901.

En 1897, Picasso réussit avec brio le concours d’admission de la Real Academia de San Fernando, à Madrid. Après avoir pratiqué l’exercice de la copie de tableaux d’El Greco, Goya, ou de Vélasquez au musée du Prado, il n’est pas surprenant de retrouver cette tradition ibérique dans ses travaux tout au long de sa carrière.

Image
Picasso - Plaque décorée d'une infante "Les Ménines" - MP3743 - 83-000437
Légende
Pablo Picasso, « Plaque décorée d'une infante "Les Ménines" », 1957, Céramique, 24 x 19 cm, MP3743, Musée national Picasso-Paris
Image
Massacre en Corée - MP203 -17-630168
Légende
Pablo Picasso, « Massacre en Corée », 18 Janvier 1951, Huile sur toile, 110 x 210 cm, MP203, Musée national Picasso-Paris

Les inspirations françaises

1900, Gare d’Orsay. Picasso et Casagemas sortent du train venant d’Espagne, aucun des deux ne parle français, mais ils sont là pour l’exposition universelle où Picasso présente l’un de ses tableaux. Curieux et simples touristes, ils en profitent pour visiter le musée du Louvre, où ils admirent les œuvres de Poussin, David ou Le Nain. Quelques années plus tard, Picasso s’installe à Paris, où il découvre Jean-Auguste Dominique Ingres, exposé au musée du Louvre, dans le cadre d‘une rétrospective pour le Salon d’Automne de 1905. Le jeune espagnol y contemple notamment le Bain turc. Ce tableau, aujourd’hui considéré comme l’une des sources majeures des Demoiselles d’Avignon, que Picasso réalise en 1907, témoigne de l’une des références majeures de l’artiste. On retrouve cette inspiration ingresque dans les dessins exécutés à la ligne claire des années 1917 à 1920.

Image
Picasso- Trois Femmes à la fontaine -  MP74 - 18-543837
Légende
Pablo Picasso, « Trois Femmes à la fontaine », Eté 1921, Peinture sur toile, sanguine, 200 x 161 cm, MP74, Musée national Picasso-Paris
Image
Picasso - Etude pour "Les Demoiselles d'Avignon" - MP533 - 16-537253
Légende
Pablo Picasso, « Etude pour "Les Demoiselles d'Avignon" », Mai 1907, dessin à la plume, encre colorée, lavis d'encre de Chine, vélin, 8 x 9 cm, MP533, Musée national Picasso-Paris
Image
Picasso - Olga cousant - MP899 - 16-537609
Légende
Pablo Picasso, « Olga cousant », 21 Mars 1920, Graphite, vélin, 34 x 23 cm, MP899, Musée national Picasso-Paris
Image
Jean Cocteau - Tirage interfolié dans le livre de Max Jacob "Le cornet à dés" - MP2003-15;fol108A - 04-005413
Légende
Jean Cocteau, « Tirage interfolié dans le livre de Max Jacob "Le cornet à dés" », 12 Août 1916, 7 x 5 cm, MP2003-15;fol108A, Musée nationale Picasso-Paris

En 1904, à 23 ans, Picasso est avide de références artistiques et de rencontres parisiennes. Il fréquente les bars, cabarets ou encore les ateliers où se regroupent les artistes. Tous y vivent simplement, souvent pauvrement, et, dans cette misère commune, il côtoie aisément différentes personnalités aussi bien du milieu de la peinture que d’autres domaines artistiques.

En plus de s’intéresser de près aux travaux de Toulouse-Lautrec, Gauguin ou Degas, Picasso fait la connaissance de nombreux confrères comme Matisse, le Douanier-Rousseau, Marie Laurencin, qui sont eux aussi de fortes sources d’inspiration. Paris lui offre donc la possibilité d’être au plus proche de l’art de son époque. En effet, du début du XXème siècle, et ce jusqu’à la seconde guerre mondiale, la capitale française rayonne à l’échelle mondiale aussi bien intellectuellement que culturellement. Plusieurs raisons expliquent cela, par exemple les expositions universelles qui centralisent à Paris des artistes internationaux. Durant l’exposition de 1900, à laquelle Picasso participe, l’affluence y est très forte: plus de 48 millions de visiteurs.

Inspirations venues d’ailleurs

Dans ses carnets, Picasso exécute les dessins préparatoires de ses œuvres. Le musée possède actuellement une collection de 60 carnets où l’on peut voir ces croquis et esquisses à l’origine de ses plus grands chefs-d’œuvre. Objets portatifs et faciles d’utilisation, Picasso les emmène partout avec lui et y représente ce qui l’inspire pendant ses voyages et déplacements.

Les voyages en Hollande (1904) et en Italie (1917), sont notables car ils témoignent de l’intérêt que porte Picasso aux références étrangères. Rembrandt, Raphaël, Titien, l’Antiquité romaine, ou plus communément l’art « classique », ne manquent pas de l’inspirer, et parfois, lui donnent l’idée de détourner les grands noms de l’histoire de l’art dans ses propres œuvres.

Image
Picasso - Carnet 4 - MP1855 - 16-521281
Légende
Pablo Picasso, « Carnet 4» , 1905, Aquarelle, encre noire, 11 x 15 cm, MP1855, Musée national Picasso-Paris
Image
Picasso - Carnet 31 - MP1870 - 06-532286
Légende
Pablo Picasso, « Carnet 31 », 28 juin - 1 août 1925, Dessin à la plume, encre de Chine, papier Ingres, 30 x 23 cm, MP1870, Musée national Picasso-Paris
Image
Picasso - Deux femmes courant sur la plage - MP78 - 17-554081
Légende
Pablo Picasso, « Deux femmes courant sur la plage », MP78, Musée national Picasso-Paris
Image
Picasso - Nu couché et homme jouant de la guitare - MP224 -17-617262
Légende
Pablo Picasso, « Nu couché et homme jouant de la guitare », 27 Octobre 1970, Huile sur toile, 130 x 195 cm, MP224, Musée national Picasso-Paris

Influences des arts africains et océaniens

La force de Picasso réside dans cette pluralité de références artistiques, pluralité qui s’étend à ce qui était appelé « art primitif ». En 1906, lors d’une soirée organisée chez Gertrude Stein, marchande et collectionneuse d’objets d’art, Picasso découvre un masque issu de la culture africaine. Fasciné, il visite dans la foulée le musée ethnographique du Trocadéro (aujourd’hui détruit et remplacé par le Palais de Chaillot, à Paris). Façonner une statue à la manière d’un masque, simplifier et allonger les formes des silhouettes et des visages sont des caractéristiques que Picasso emprunte à l’art africain, qu’il qualifiait d’« art raisonnable ». Il n’est pas le seul à être fasciné par ce style artistique, peu reconnu, et d’autres peintres avant-gardistes s’en inspirent depuis quelques temps, comme Matisse et Derain. Picasso acquiert des œuvres de ces derniers, en plus des fameux masques provenant d’autres continents, et commence alors à se constituer une collection personnelle, qu’il alimente tout au long de sa vie.

Image
Gelett Burgess - Pablo Picasso dans l'atelier du Bateau-Lavoir - 1984New1 - 98-017002
Légende
Gelett Burgess, « Pablo Picasso dans l'atelier du Bateau-Lavoir en 1908 », 1910, 1984New1, Musée national Picasso-Paris

Références antiques

Enfin, Picasso se passionne d’une Méditerranée antique. Déjà, lors de sa formation académique, en Espagne, il copiait des statues grecques, dans le but d’apprendre à dessiner. Quelques années après, pendant la période rose, les références aux kouroï (statues grecques antiques) émanent de certains de ses tableaux. Les étapes à Rome, puis à Naples en 1917, accompagné de Jean Cocteau et du chorégraphe Léonide Massine, pour les répétitions des ballets russes, ne peuvent qu’accentuer ce souffle archaïque. Il visite les sites de Pompéi et d’Herculanum, qui le sensibilise particulièrement à la beauté et à la force de la statuaire romaine, dont il réutilise souvent les codes picturaux.

A la fin des années 1920, Picasso introduit des figures mythologiques, comme celle du Minotaure, ou des figures plus populaires, comme celle du faune, qui deviennent des récurrences dans ses travaux. Il renouvelle ces représentations en personnifiant le personnage du peintre dans son atelier.

Image
Picasso - Les deux frères - MP7 - 17-503958
Légende
Pablo Picasso, « Les deux frères », 1906, Huile sur toile, 80 x 56 cm, MP7, Musée national Picasso-Paris
Image
Picasso - Faune dévoilant une femme, VIe état (suite Vollard 27) - MP1982-86 - 07-516260
Légende
Pablo Picasso, « Faune dévoilant une femme », VIe état (suite Vollard 27), 12 Juin 1936, Aquatinte, 31 x 41 cm, MP1982-86 , Musée national Picasso-Paris
Image
Picasso - Faune musicien et danseuse - MP1338 -17-630067
Légende
Pablo Picasso, « Faune musicien et danseuse », 24 Septembre 1945, Gouache, pierre noire, 25 x 33 cm, MP1338, Musée national Picasso-Paris
Image
Jean Cocteau, Dora Maar - Reproduction de la photographie de Jean Cocteau - MP1998-146 -18-502917
Légende
Jean Cocteau, Dora Maar « Reproduction de la photographie de Jean Cocteau : "Picasso et Léonide Massine assis dans le jardin de la casa de Marco Lucrezio, ruines de Pompéi, en mars 1917" », 23 x 17 cm, MP1998-146, Musée national Picasso-Paris